Vous Êtes Chez Moi

  • : Mark Storm - Space Adventure
  • Mark Storm - Space Adventure
  • : C'est quoi ces histoires ?... Space Adventure ? SF ? Fantasy ? Manga ? un peu de tout et surtout du rêve ! Mes rêves !
  • Contact

Recherche

6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 18:25

undefined

Episode 26



    Salina avait bien prévu une petite chose encore dans son programme pour l'après-midi, néanmoins elle lui promit d'attendre trois heures avant de se mettre en route.
   - Ca me fera une excuse pour flâner un peu, ajouta-t-elle en se levant. Tu es sûre que tu ne veux pas un coup de main ?
   - Mais non ! Allez, filez !
   L'ordre accepté avec plaisir, elle quitta la conscience en paix les environs du cabanon pour les rives du petit lac. Benji resta dans son sillage. Pourquoi alors qu'elle ne l'avait même pas regardé ? Il n'en savait trop rien, poussé par le sentiment confus qu'elle avait envie de lui parler.
    A quelques pas l'un de l'autre, ils remontèrent la plage d'un rythme tranquille, sans un mot, accompagnés des seuls bruits du clapotis des vagues sur les galets, des chants d'oiseaux posés sur les arbres alentours, du vent dans les feuillages.
   Leur promenade fut assez longue. Salina y prenait de toute évidence un réel plaisir. A force de la voir prêter tant d'attention à ces milles et un détails parsemés sur leur chemin, Benji commençait à douter de son intuition. Elle ne lui avait finalement rien demandé, alors était-il nécessaire de la suivre ainsi ? De toute façon, se dit-il dans un haussement d'épaules, le coin ne regorgeait pas d'activité, alors ça ou autre chose...
   La question prit une autre tournure lorsqu'il la vit s'asseoir au pied d'un arbre né si près de l'eau que toute une partie de ses racines allaient s'y baigner. Elle n'avait toujours rien dit et à l'idée de rester planté là comme une potiche, il ne put retenir un soupir désabusé.
   Un peu par désœuvrement, il ramassa quelques petites pierres plates par terre et commença à les lancer dans le lac. Salina le regarda s'escrimer à leur faire faire le plus de rebonds possible, l'esprit ailleurs. Depuis leur première rencontre, des tas de questions étaient venues s'entasser les unes sur les autres, mais si elle avait envie de le voir les éclaircir, elle ne savait trop comment amener le sujet au grand jour.
   - Comment est-ce que tu as fait pour passer la barrière ?
   Elle avait choisi l'attaque directe. C'était plus simple, et puis, pourquoi tourner autour du pot.
   Benji lui lança un regard dans sa direction avant de reprendre son occupation.
   - Je pensais que vous aviez déjà passé mes pensées au crible.
   Salina sourit.
   - Tu peux continuer à me tutoyer, commença-t-elle d'un ton tranquille.
   Au contraire des siens pour qui ce genre de savoir était devenu quelque chose d'extraordinaire, il avait pris la nouvelle d'un naturel désarmant, mais peut-être aurait-elle été surprise qu'il en soit autrement.
   - Pour répondre à ta question, poursuivit-elle, sache que je n'ai pas l'habitude de fouiner dans les pensées de tous les gens qui m'approchent. D'abord ce serait épuisant, et puis, je n'aime pas trop ça.
   Un léger sourire effleura les lèvres de Benji.
   - Qu'est-ce qu'il y a ?
   - C'est marrant, lâcha-t-il après un nouvel exploit de dix rebonds à la suite. Mon père dit la même chose.
   Et il ne comprenait pas pourquoi. Lui trouvait ça pratique. En panne de munitions, il se tourna vers Salina, toujours assise au pied de l'arbre. Elle attendait une réponse à sa première question, il le sentait et finit par s'y décider.
   - On n'a pas cherché à venir ici, en fait, on ne savait même pas que ce monde existait jusqu'à ce qu'on traverse cette frontière d'énergie par accident avec des capsules de secours.
   L'image des éclairs qui avaient précédé le passage des boules de feu dans la nuit noir lui revint en mémoire. Si son cher oncle savait combien il avait eu raison sur le contenu de ces engins dont, pour l'instant, ses hommes n'avaient pu retrouver qu'un seul exemplaire, il en faire certainement une maladie.
   - Je les ai vues. Il y en avait trois je crois.
   Il approuva d'un signe de tête.
   - Elles ne sont pas restées groupées en s'écrasant et comme on ne connaissait pas le coin, mon père a proposé qu'on essaie de se retrouver au volcan. Ca paraissait simple, mais depuis trois jours on n’arrête pas de se semer les uns les autres, lâcha-t-il en ramassant une pierre au hasard pour un dernier lancé, plus puissant peut-être à cause de son agacement.
   - Vous avez bien un moyen de communiquer entre vous, répliqua-t-elle tandis que, las de faire joujou avec le lac, il venait s'asseoir sur une énorme racine non loin d'elle.
   S'ils avaient pu se donner un premier rendez-vous à distance, ils devaient être capables de se parler, cela lui paraissait logique.
   - Pour les deux autres groupes, je suppose que c'est le cas, mais dans le nôtre, j'étais le seul à avoir un émetteur, alors maintenant qu'il a été détruit et qu'on est tous dispersés...
   Leur unique point de repère restait le volcan et il avait bien l'intention de s'en approcher d'une façon ou d'une autre. Salina l'avait-elle deviné ? En tous cas, elle accueillit l'air décidé un instant dessiné sur son visage d'un léger sourire.
   - Dis-moi, comment se fait-il que tu connaisses si bien notre langue ?
   Sa façon de la parler lui paraissait parfois trop étrange ou différente pour penser qu'il l'ait apprise ici, et puis, trois jours était un laps de temps bien court pour un tel apprentissage.
   - C'est la langue courante de Tritarnia. J'ai eu l'occasion d'y séjourner plusieurs mois, alors j'ai fini par la savoir.
   Tritarnia, ce nom lui était familier sans qu'elle ne sache trop pourquoi.
   - Ca alors ? murmura-t-elle stupéfaite. Quand j'étais petite, Emina me racontait toujours une histoire pour m'aider à m'endormir et je me souviens que plusieurs faisaient venir les héros d'une espèce de paradis perdu auquel il donnait le nom de Tritarnia.
   Elle n'en revenait pas. Ce monde existait alors bel et bien. C'est drôle comme les contes et légendes pouvaient parfois donner des réponses plus claires sur les origines d'un peuple que les théories brumeuses des historiens. Enchantée par cette découverte, elle canalisa toute son attention vers celui qui y avait vécu, prête à lui poser milles questions, mais au lieu de s'y laisser aller, elle fronça des sourcils. Jusque-là perdue dans ses pensées, elle venait seulement de remarquer une ombre flotter dans son regard, lointaine et triste. En dépit d'une curiosité à fleur de lèvres, elle n'osa rien demander sur son origine, cependant il comprit son interrogation muette d'une simple plongée dans le noir de ses yeux.
   - Ma mère y est morte.
   Elle se sentit gênée.
   - Je suis désolée, je ne voulais pas...
   - Bah, laissa-t-il échapper dans un vague haussement d'épaule. Ca fait longtemps maintenant.
   - Comment...
   Même restée en suspend, le sens de sa question était facile à deviner. A son grand étonnement, il y répondit de son propre gré.
   - Elle s'est mis en travers d'un laser tiré sur mon père.
   Salina en resta interdite. Enrobée d'aucun phare, l'explication était déjà un choc, mais dans sa bouche, glissée vers elle par ce ton neutre, elle paraissait plus dure encore.
   Entre elle qui ne savait quoi dire et lui perdu dans ses souvenirs, le silence eut tout le loisir de s'étaler dans le temps.
   - J'avais six ans lorsque ma mère est morte, laissa-t-elle échapper les yeux posés sur les vagues en train de mourir dans de petits rouleaux d'écume blanche sur les galets entassés à quelques mètres. Les choses étaient différentes à l'époque, poursuivit-elle sous le regard surpris et intéressé de Benji. Le règne de mon grand-père avait déjà commencé à améliorer nos rapports avec les Dariens, mais c'est elle qui à surtout bousculer les choses en créant des écoles ou en leur donnant la gestion de certaines fermes. D'après ce que m'a raconté Emina, ça ne faisait pas plaisir à tout le monde. Ca faisait des siècles que mon peuple vivait couvé de privilèges et ceux qui y étaient le plus accrochés sentaient bien qu'à long terme sa politique finirait par niveler les différences au point de les leur confisquer. Aux yeux d'un grand nombre de vieilles familles, et même d'une partie du conseil, le simple concept d'égalité était une aberration. Mon oncle en tête, ils s'opposèrent souvent à ses projets, mais elle n'en avait rien à faire. Je me rappelle qu'elle me disait souvent en avoir assez de ces querelles sans âge et qu'il était temps de passer à autre chose, poursuivit-elle comme pour elle-même. Elle savait que les mentalités étaient difficiles à changer, mais elle était persuadée de pouvoir au moins jeter les base d'une futur réunification et chaque victoire, même infime, lui donner de l'énergie à revendre. Elle y croyait vraiment...
   Son regard se perdit un instant dans le vague, triste à son tour.
   - Le beau rêve s'est écroulé le jour où sa voiture a explosé devant l'école qu'elle venait tout juste d'inaugurer. Quelques minutes plus tard, une patrouille a arrêté un groupe de Sarthmors non loin de là. D'après eux, ils ont trouvé suffisamment de preuve sur place pour les abattre sans autre procès.
   - Mais..., s'exclama Benji. Pourquoi auraient-ils fait ça ? Ce n'était pas dans leur intérêt ?
   - Je sais..., répliqua Salina dans un soupir. Mon père n'a pas du tout supporté sa mort, reprit-elle au bout d'une seconde sans s'étendre sur le sujet. Lui aussi avait cru dans la possibilité d'une réunification avec les Dariens et de se dire que ceux qu'il avait soutenu parfois contre l'avis des siens étaient responsables de la mort de sa femme l'a rendu comme fou. Il s'est mis à les haïr au point d'en changer de caractère. C'était incroyable. Je ne le reconnaissais plus. A part Vlikos, il s'est éloigné de tout le monde, même de moi. Mon cher oncle en a évidemment profité pour l'amener à partager ses idées et depuis il ne poursuit plus que deux buts : écraser les Dariens au point d'en faire une race d'esclave et retrouver la cité d'Artémis.
   C'est drôle comme les gens pouvaient réagir différemment face au décès d'un être cher. Lui et son père s'était rapprochés et, parce que cela l'avait aidé à ternir le coup, il se rendait compte combien il avait dû être difficile pour elle de se retrouver seule.
   - Et toi ?
   Salina a le considéra un instant en silence. Elle avait parfaitement saisi le sens de sa question mais ne savait trop comment s'expliquer.
   - J'aurais le droit de détester ces hommes s'ils étaient vraiment les meurtriers de ma mère, commença-t-elle, mais ce serait idiot de tenir tout un peuple responsable de leur acte. Et puis, termina-t-elle dans un léger soupir, je crois qu'elle attend plus de moi la poursuite de son œuvre qu'une vengeance aveugle.
   Elle n'attendait aucune approbation de sa part mais parut heureuse de le voir hocher de la tête.
   - A mon avis, elle ne doit pas se faire trop de soucis.
   Il était sincère et elle l'en remercia d'un sourire avant de détourner la tête, un peu gênée d'avoir eu tant de mal à se détacher de son regard. La meilleure façon de l'oublier était encore de passer à un autre sujet et elle en avait un tout trouvé.
    - Parles-moi de ton monde, lâcha-t-elle bientôt la voix teintés d'un réel intérêt.
   La question était vaste, pourtant il lui devait bien ça après tout ce qu'elle venait de lui confier. Et puis, elle paraissait tant avoir envie de savoir ce qu'il y avait de l'autre côté de la barrière.
   - Alors je crois que ce serait mieux que tu passes en même temps par là, répondit-il en pointant le doigt sur son front.
   - Vraiment ? répliqua-t-elle surprise de sa confiance.
   Mais puisqu'il le lui assurait d'un signe de tête, elle n'hésita pas plus longtemps à lier son esprit au sien. En plus du son, elle avait désormais les images et elle ne le regretta pas. Malgré son jeune âge, Benji avait déjà eu bien souvent l'occasion de traverser la galaxie de long en large et ses souvenirs regorgeaient d'images merveilleuses. Elles parlaient d'étoiles, de planètes, de nébuleuses aux formes les plus étranges teintées de mille couleurs, de comètes à la chevelure blanche, de trous noir inquiétant et mystérieux à la fois. Jamais elle n'aurait pensé qu'il puisse exister tant de beauté derrière le voile de ténèbres au centre duquel flottait son univers prisonnier de lui-même.
   - C'est incroyable, murmura-t-elle conquise.
   Ce n'était pas son guide qui l'aurait contredite. Voyager dans l'espace était une vraie passion et il y passerait certainement plus de temps s'il en avait l'occasion.
   - Ton père à son propre appareil ?
   La découverte du Phoenix lui avait littéralement arrachée l'exclamation de la bouche.
   - C'est courant, répondit-il amusé de son incrédulité.
   L'idée demandait un éclaircissement et, par le film de ses pensées plutôt qu'un long discours, il essaya de lui expliquer la façon de vivre des Territoires Unis, celles de ses habitants, la sienne, même s'il resta très vague sur certain de ses côtés. L'omission de son statut de futur empereur ne fut ainsi de loin pas inconsciente. Il n'aurait trop su dire pourquoi, il préférait garder cela pour lui et il respecta cette autolimitation au point de ne plus bientôt parler que de son père. Simple cause à effet ? L'enthousiasme de sa voix et de ses gestes ne l'accréditait en aucune façon. Même si elle n'avait rien entendu de ses mots et ses pensées, Salina aurait pu comprendre à quel point il en était proche. Dès l'instant où il avait décidé de se centrer sur lui, ses yeux s'étaient mis à pétiller, comme des bulles de champagnes et elle sentit très vite que, sur ce sujet, il pouvait être intarissable. En l'espace de quelques minutes seulement, ce qu'elle apprit de cet homme l'impressionna terriblement, néanmoins, au-delà des paroles, son attention se fixa peu à peu sur Benji.
   Il parlait avec tant de passion. Tout dans sa voix, ses gestes et son regard démontrait un tel mélange de fierté, d'admiration et d'attachement qu'elle se surprit à l'envier. Qui, elle enviait ce lien conservé malgré l'éloignement, elle dont le père avait démissionné depuis si longtemps qu'il en était devenu un parfais étranger. Elle ne s'en était pas vraiment rendu compte mais, la tête légèrement penchée de côté, elle l'observait avec ce sourire amusé et triste à la fois qui, à force, finit par le titiller.
   - Qu'est-ce qu'il y a ?
   - Rien..., je me disais juste que tu avais de la chance, répondit-elle en laissant distraitement glisser son doigt le long de la racine sur laquelle il était assis.
   - Ouais...
   Il fit une petite pause, le regard perdu dans le lointain.
   - Enfin, ce n’est pas tous les jours faciles non plus, ajouta-t-il comme pour lui-même.
   Salina eut un léger froncement de sourcils. Qu'entendait-il par là ? Elle aurait été curieuse de le savoir mais se garda malgré tout de chercher la réponse d'elle-même. S'il ne voulait en dire plus, elle n’avait pas à insister.
   - Dis-moi, reprit-elle en repoussant du bout des doigts quelques mèches venues se glisser sur sa joue, tu crois qu'il va essayer de te contacter par télépathie.
   Benji haussa légèrement des épaules.
   - Aucune idée, pourquoi ?
   - Et bien... il vaudrait mieux pour toi que mon père ne sache rien de tes origines, expliqua-t-elle. Entre lui et Vlikos, le seul moyen d'en être sûr serait de protéger ton esprit d'un barrage télépathique.
   - Il ne risque pas de trouver ça bizarre ?
   Elle fit un signe négatif de la tête.
   - Il en a l'habitude, je l'ai déjà fait avec Emina et Zlors. Il pense que c'est de l'enfantillage, que je veux juste qu'il ne sache rien de ma vie privée. De toute façon, s'il le voulait vraiment, il pourrait forcer le passage, il a bien plus de pouvoir que moi et comme il sait que je le sais, il n'imagine même pas que je puisse lui cacher quelque chose d'important. Mais le problème n'est pas là, termina-t-elle le visage plus grave. En faisant cela, j'empêcherai ton père de te retrouver...
   Benji sourit doucement.
   - Alors c'est moi qui le ferais, répondit-il d'un ton tranquille.
   Il semblait si sûr de lui. Un léger sourire glissa sur les lèvres de la jeune fille. L'idée qu'elle puisse ne pas le laisser partir ne l'avait même pas effleuré.

**********



Texte soumis à la Société Suisse des Auteurs en 1995
suite.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Sandy - dans Mes "oeuvres"
commenter cet article

commentaires